Quand on pense : « c’est pas possible »

By Juliette Potin | Trouver ma voie

Nov 18

Lorsqu’on cherche sa voie et qu’on commence à avoir des idées, on a tendance à procéder par élimination:

Sage-femme : pas possible, trop d’années d’études à refaire

Illustratrice : pas possible, pas de débouchés

Agent immobilier : pas possible, trop de concurrence

Coach : pas possible, trop cliché en expat…

J’entends ces déclarations tous les jours de la part de mes clientes.

Et puis j’ai découvert le portrait d’Éléonore Laloux, conseillère municipale à Arras et porteuse de trisomie 21. Éléonore est un exemple pour tous ceux qui pensent qu’il y a des choses qui sont possibles et d’autres qui ne le sont pas.

A travers les lignes de cet article et les vidéos que j’ai pu visionner d’Éléonore, j’ai été saisie par son authenticité et son alignement intérieur. Elle est à sa place. Une place qui n’a pas été facile à prendre mais qui lui correspond parfaitement.

Je retiens 3 leçons du parcours inspirant d’Éléonore pour trouver sa voie et prendre sa place :

  1. Se concentrer sur sa mission, pas sur les obstacles

Éléonore s’est engagée très tôt dans la défense de la cause des personnes porteuses de trisomie 21. Porte-parole d’une association, auteure du livre « Triso et alors », elle a également donné des conférences en France et en Espagne. Chaque opportunité de défendre la cause de l’autonomie des personnes handicapées a été saisie. Tout comme ce poste de conseillère municipale auprès chargée de la transition inclusive et du bonheur à la ville d’Arras.

Les personnes qui se moquent d’elle, Éléonore les ignore. Chaque obstacle est une occasion pour elle de s’affirmer, de se faire respecter et de refuser d’être résumée à son handicap. Elle veut prouver que même avec une trisomie 21, on peut être utile à la société.

➡️ Et vous, quelle est la mission que vous suivez ? La cause qui vous tient à cœur. L’envie qui ne vous lâche pas ? Faites-vous confiance et commencez à la suivre : vous verrez les opportunités arriver.

  1. Miser sur ses points forts, pas sur ce qui nous fait défaut.

Éléonore a été scolarisée en milieu ordinaire, de la maternelle au lycée et a de fait toujours été confrontée à ses limites et aux limites que les autres projetaient sur elle.

Sauf qu’Éléonore a une détermination sans failles, c’est l’un de ses points forts. Couplée à une immense joie de vivre et une grande franchise. Ce sont ces qualités qui lui permettent d’être pleinement compétente dans son rôle de conseillère municipale. Ses collègues l’attestent : « Elle fait bien son job, elle suit ses objectifs. »

Éléonore reconnait qu’elle est plus lente que ses collègues mais ne laisse pas ce défaut entamer sa confiance. Elle est tout aussi consciente de ses qualités « Mon chromosome 21 en plus, c’est celui du bonheur ! »

➡️ Et vous, quels sont vos qualités et vos points forts ? Reconnaissez ce qu’ils vous ont permis d’accomplir jusqu’ici. Voyez comment vous pouvez encore plus les utiliser et les renforcer.

  1. Assumer sa différence

Au final, la différence d’Éléonore s’avère être un atout, comme l’explique une de ses collègues : « Au conseil municipal, quand nous sommes en train de nous casser la tête, Éléonore fait preuve de sérénité, de recul et d’apaisement. Elle a une approche plus spontanée que nous. Elle apporte une touche de sympathie et de convivialité »

➡️ Et vous, qu’est-ce qui vous rend unique ? Listez tout ce qui fait votre différence. Demandez des feedbacks à vos proches. Commencez à pointer et à aimer ces différences. Votre sensibilité, votre sens du détail, votre capacité à improviser, votre connexion naturelle aux autres. Et n’oubliez pas que ce qui est un défaut à vos yeux peut-être une grande qualité.

Merci Éléonore de nous aider, par votre exemple, à prendre nous aussi notre place !

PS : Vous accompagner à trouver votre voie ou à prendre votre place, c’est le cœur de ma mission. Parlons-nous !

Crédit photo

Follow

About the Author

Juliette Potin a vécu plusieurs années à l'étranger, en Italie, Turquie et plus récemment aux Etats-Unis où elle se retrouve à la maison après 15 ans de postes à responsabilité dans l'industrie. L'expérience de ne plus pouvoir se définir par son statut social est déstabilisante, celle d'avoir du temps devant soi : vertigineuse! Petit à petit, en se reconnectant à elle-même et à ses aspirations, elle s'autorise à se ré-inventer. Aujourd'hui, elle accompagne les expatriés dans cette quête d'eux-mêmes, formidable opportunité d'un nouveau départ.

>